Derniers articles

Dernières chroniques

mercredi 26 avril 2017

Le mystère Henri Pick - D. Foenkinos

Résultat de recherche d'images pour "le mystère henri pick"


Ce roman conte l'histoire éditoriale d'un... roman. Mais pas n'importe lequel. Une jeune éditrice parisienne, en vacances en Bretagne, découvre un manuscrit dans une bibliothèque un peu particulière : elle accepte tous les manuscrits refusés. Elle considère d'emblée ce manuscrit comme un chef-d'oeuvre. Problème ? Il aurait été écrit par un pizzaïolo qui n'a jamais lu de sa vie.

Un roman amusant, une histoire intéressante et une écriture alerte sont les principaux ingrédients de ce livre. D'ailleurs, il se lit très (trop) vite, l'écriture est un peu lisse. Mais on prend quand même du plaisir à lire ces pages. Les personnages, un peu caricaturaux, sont cependant attachants.


J'ai cependant regretté qu'une fois le livre refermé, l'on commence d'emblée à oublier tout ce qu'il contient. C'est une oeuvre éphémère si l'on veut. Malgré ses qualités, ce roman s'évapore et est assez, il faut le reconnaître, insignifiant. J'ai largement préféré Charlotte du même Foenkinos.

mardi 18 avril 2017

Journal d'un curé de campagne - G. Bernanos

Résultat de recherche d'images pour "journal d'un curé de campagne"

Avant ce roman, je n'avais jamais ouvert un livre de Bernanos. Mais, il y a quelques années, j'ai vu le film adapté de ce livre par Robert Bresson. Quel émerveillement ! Tant d'émotions dans ce film, dans cette histoire, que lors d'une escapade parisienne, je me suis procuré une modeste édition de poche de ce roman, un peu par hasard.

Autant dire tout de suite que j'ai dévoré ce livre. Il conte l'histoire d'un jeune curé du Nord qui se décide à tenir un journal de sa vie. Cependant, il est incompris. Il mange peu, souffre beaucoup, et est d'une candeur enfantine. Ainsi est-il haï par quelques personnes qui ne le comprennent pas. Ce curé, qui au fond est presque un saint, nous raconte son histoire dans un journal destiné avant tout à lui-même. Il y livre ses doutes, ses angoisses, ses pérégrinations, ses souffrances comme ses quelques joies.

Le style est éblouissant mais c'est surtout la profondeur de ces écrits qui frappe le lecteur. Bernanos semble avoir une profonde connaissance théologique, mais surtout un profond amour pour la simplicité et les simples. C'est dans ce monde épuré qu'apparaît ce personnage d'une simplicité, d'une honnêteté qui ne peuvent le guider qu'à une forme de martyre. Tel est le destin de ce curé de campagne.

Un roman qui m'a marqué, qui m'a ému, qui m'a fait sourire parfois, mais qui, surtout, m'a bouleversé.


jeudi 5 janvier 2017

Cléo de 5 à 7 (Agnès Varda, 1962)


Afficher l'image d'origine


Difficile d'écrire sur un classique et pourtant je vais essayer. Cléo de 5 à 7 conte l'histoire d'une jeune chanteuse, très belle, qui découvre qu'elle est peut-être atteinte d'une grave maladie et on suit sa vie durant ces deux heures, de 5h à 7h. Bon en fait, le film dure 1h30, mais ce n'est pas bien grave (à vrai dire on suit Cléo de 17h à 18h30, mais avouez que ça n'aurait pas fait un titre terrible).

Cléo interprétée par la magnifique Corinne Marchand, déambule dans Paris et multiplie les petites aventures avec ce fil rouge tragique. Un film très écrit, aux dialogues délicieux, notamment ceux du personnage Antoine, particulièrement séduisant grâce à l'interprétation d'Antoine Bourseiller, acteur assez peu connu qui fit une apparition dans Masculin-Féminin.

Le noir et blanc, le montage font de ce film un des bijoux de la nouvelle vague sans renier le passé du cinéma avec au milieu un court-métrage muet au casting en or (Godard, Anna Karina, JC Brialy). Et puis il y a la musique, écrite par Varda elle-même, composée par Michel Legrand et dans lesquelles Corinne Marchand excelle, toujours sur ce thème omniprésent de la mort que la jeune Cléo ne cesse de croiser dans ses pérégrinations (notamment des masques africains).

La superstition est aussi présente tout au long du film et elle est gage de vérité. De la voyante au miroir brisé en passant par les chapeaux, tout concourt à conduire Cléo vers son destin : la mort. Ce destin semble inéluctable et les signes, comme dans la Grèce Antique, sont lus et la belle Cléo ne pourra échapper au destin funèbre.

Un film captivant, différent de certains métrages de la Nouvelle Vague que j'ai pu voir. Moins intellectualisant que ceux de Godard, il me fait davantage penser à ceux de Bresson où le moindre dialogue semble être écrit et respecté à la virgule près.

Une oeuvre à découvrir.


samedi 10 décembre 2016

All-New Wolverine & X-Men #6


Contient : All-New Wolverine (2016) #9, Old Man Logan (2016) #6, X-Men ’92 (2016) #4, X-Men : Worst X-Man Ever (2016) #4


All-New Wolverine (2016) #9

En voilà une série qui est bien… médiocre ! Une boîte contenant des phéromones s’est déversée dans l’héliporteur du SHIELD et le dragon Fin Fang Foom a débarqué. Et Wolvie junior va tout régler. Bref, un épisode quelconque qui, malgré l’action qui pourrait nous distraire, ne parvient pas à éviter de nous faire lever les yeux au ciel.



Old Man Logan (2016) #6

Le duo Lemire-Sorrentino fonctionne à merveille sur cette série. On a l’impression de retrouver un ancien Wolverine, celui qui allait dans les terres désolées, celui qui s’occupait de sauver des vies et qui culpabilisait quand il était responsable d’un malheur. Loin du Wolverine de ces dernières années en somme.
L’histoire est simple et je vous laisse la découvrir en lisant ce numéro. Mais cette simplicité nous fait revenir au cœur même de ce qu’était ce personnage avant qu’il ne devienne Wolverine l’Avengers aka Père La Morale avec un passé de tueur de masse.



X-Men ’92 (2016) #4

Bon, c’est pas terrible, hein, mais quel plaisir coupable de retrouver Jubilé dans ses vêtements des années 90 ! On a l’impression de revenir en arrière… mais voilà, le scénario est en carton-pâte. Bon, c’est bien sympa le côté nostalgique, mais si derrière l’histoire ne suit pas, les lecteurs non plus et ce n’est pas pour rien que cette série a été si brève aux US.



X-Men : Worst X-Man Ever (2016) #4

Un épisode un peu brouillon. Le concept de ce X-Man qui a pour pouvoir de se faire exploser, mais une seule fois et au risque de sa vie, frêle et maladroit, est très intéressant. Malgré tout, le côté un peu foutoir de la première partie de l’épisode est dommage surtout que la suite est des plus intéressantes pour un twist final inattendu !
Une série qui aurait peut-être davantage trouvé sa place dans un HS pour mieux l’apprécier, surtout qu’elle s’achève à l’épisode 5 !



All-New Avengers HS (2016) #2


Contient : All-New, all-different Avengers #0 et A-Force (2016) #1 à #4


Dans ces premiers épisodes d’une série qui ne dure que 10 numéros face à son insuccès, nous revoyons se former A-Force, un groupe entièrement féminin composé de Singularité, Miss Hulk, Dazzler, Captain Marvel, Medusa et Nico Minoru.
Autant le dire tout de suite, ce n’est pas tip top. Les A-Force doivent affronter Anti-Matière, un nouvel ennemi lié à Singularité et qui tente de la tuer ; cette dernière réunit ses amies de Battleword (elle se souvient des événements de Secret Wars) et tente de détruire le vilain tout pas beau.
Malgré tout, on s’ennuie de pied ferme, le scénario est assez bancal et surtout les dialogues ne sont pas très bon…
En gros, il y a peu de choses à dire sur cette saga, tant la vacuité semble l’emporter.



lundi 5 décembre 2016

C'est lundi, que lisez-vous ?

Coucou à toutes et à tous !

C'est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous hebdomadaire créé par Mallou qui est désormais hébergé chez Galleane.

Qu'ai-je lu la semaine passée ?

Eh bien, pas grand-chose, mais j'ai tout de même fini deux romans et deux comics.

 Afficher l'image d'origine

Deux très bonnes lectures, deux belles découvertes, deux styles différents. Un vrai régal. Découvrez mon avis sur Le moulin des damnés, ici. Mon avis sur Colline viendra dans la semaine.

Et niveau BD ?


Deux comics, tout deux assez sympathiques, notamment l'histoire de Captain Marvel. Vous pouvez lire mon avis sur Deadpool, ici. L'avis sur Captain Marvel ne devrait pas tarder.

Que suis-je en train de lire ?

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


Je me régale avec Prince Captif, tome 2 et Des immortelles pour mademoiselle. Quant aux Sentiers de l'exil, mon avis est plus mitigé pour l'instant, mais je continue la lecture.

En BD, je suis en train de lire le HS de Deadpool, consacré à Gwenpool et c'est un véritable régal :



Que vais-je lire ensuite ?

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

Deux classiques, en somme.

Et en BD ?



J'ai un peu de retard en lectures BD avec les sorties de novembre, donc je vais me concentrer là-dessus cette semaine.

Et vous, alors, qu'avez-vous lu cette semaine ?









dimanche 4 décembre 2016

Le moulin des damnés, de Maurice Limat



Une nouvelle enquête de Teddy Verano qui se retrouve, cette fois-ci, confronté à des sorcières !
Alors qu’il rentre chez lui, notre détective se trouve face-à-face avec un homme fouettant une demoiselle. Bien sûr, en bon gentleman, il sauve la mise de cette dernière et apprend qu’en fait, l’homme était le frère de la pauvre femme et qu’il tentait d’extirper le démon. Un sort aurait été jeté sur la jeune fille par une sorcière qui lui aurait pris, en plus, son fiancé.

Une enquête menée tambours battants par un Maurice Limat habitué à nous livrer de telles histoires. Si l’ensemble est un peu convenu et la fin prévisible, on prend tout de même bien du plaisir à lire ce roman sombre.


J’ai, personnellement, beaucoup d’affection pour la collection « Angoisse » de chez Fleuve Noir et ce roman est bien dans la ligne éditoriale de la collection. On ne peut décrocher de cet ouvrage tant qu’on n’a pas la fin mot de l’histoire. Un roman de gare, certes, mais de très bonne facture. Le style, limpide, l’écriture, alerte, l’histoire, passionnante. En bref, si vous avez l’occasion de le trouver chez un bouquiniste, n’hésitez pas !